BM-new-blanc.png

NEWSLETTER

SUIVEZ-NOUS

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube

©1995 - 2018  Bourgogne Magazine | création par Incom Dijon
Tous droits réservés

En voir plus
En voir plus

#10
MAI - JUIN 2010

L'ÉDITO

En ces temps de grandes vertus écologiques, le débat sur le pourquoi et le comment bien faire est ouvert en permanence. Les éoliennes elles-mêmes, dont on disait le plus grand bien à une époque, sont prises en otage par la raison économique. Le Grenelle 2 de l’environnement n’aura pas l’étoffe promise. Et ces grandes hélices qui font parfois grand bruit paieront sans doute partiellement le tribut d’un contexte délicat.

Puis il y a nos paysages. Qu’ils sont beaux, vus d’en haut ou depuis le confort douillet d’un canapé, un verre de bourgogne à la main, devant le petit écran ! Mais de ces paysages, qui s’en occupe réellement ? Les paysans ? Pensez-donc, leur désarroi vrombit comme leurs tracteurs qui envahissent Paris tous pétards dehors, à l’assaut d’une capitale qui théorise sur tout mais ne se frotte pas toujours à la réalité. Ils ont le sentiment qu’on se fiche d’eux, qu’on les abandonne.

Le jacobinisme frappe toujours et nos campagnes en souffrent. Surtout, les grands jardiniers que sont les acteurs de la terre, en panne de ressources, risquent de baisser les bras. Sans eux, on ne donne pas cher des vacances à la campagne, du télé-travail qui favorise un peu l’exode urbain, des belles intentions écologiques dont tous les partis se réclament aujourd’hui.

Nos paysages sont les vecteurs du tourisme en vogue. Ils le sont encore plus (voir les vignes de la Côte, le bocage du Morvan) lorsque l’homme s’en mêle. Cela devrait attirer notre attention. Nous inciter à regarder d’un peu plus près ce qui se passe dans le silence des fermes, comprendre, réfléchir, accompagner ou suggérer plutôt que critiquer.

La carrière d’un politique se nourrit majoritairement de la ruralité. Mais, bien souvent, elle dérive dans les guéguerres de pouvoir avec les faux amis, s’aveugle devant le faste médiatique et fugace des ors de la République. C’est peut-être là, aussi, que l’affaire pose problème. Dans ce double discours qui fait qu’on a de la compassion à domicile et qu’on la joue solo dans un hémicycle. Chez ces gens-là, monsieur, on cause, et on ne compte pas toujours.

1/1

Dominique Bruillot

20

Les Autres Numéros

AU SOMMAIRE

En voir plus

52

44

En voir plus

64