BM-new-blanc.png

NEWSLETTER

SUIVEZ-NOUS

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube

©1995 - 2018  Bourgogne Magazine | création par Incom Dijon
Tous droits réservés

#44
JUILLET - AOÛT 2015

1/2

L'ÉDITO

Vézelay, Fontenay et La Charité-sur-Loire se sentent moins seuls. Un gros morceau vient de les rejoindre, un « paysage culturel » façonné par la main de l’homme, une bande de terre de 50 kilomètres de longueur, une mosaïque de 1 247 parcelles appelées « climats », qui fait rentrer dans son champ magnétique le cœur historique et déjà sauvegardé de la capitale de la Bourgogne, l’espoir aussi que demain, nous aurons construit l’une des plus belles destinations œnotouristiques au monde.Le 4 juillet 2015 sera à la Bourgogne ce que le 4 juillet 1776 est aux Américains : une date historique, un point de repère pour notre histoire.

En reprenant, au tout dernier moment des discussions, une place dans la catégorie des « paysages culturels » en lieu et place de « site culturel », les climats de Bourgogne ont élargi, sans le vouloir finalement, leur champ de tir. La notion de « paysage » renvoie à celle de « surface », elle englobe la vie de ses habitants, elle distille déjà l’idée qu’un élan commun porté par une population concernée de près de 500 000 habitants a toutes les raisons de déployer une énergie salutaire. Qui peut perdre dans cette situation ? L’œnotourisme, l’environnement, le patrimoine, le vin lui-même ? Certainement pas.

Nous défendrons cette vision réjouissante de l’évolution du cœur viticole de la Bourgogne en faisant le pari que nos « ducs » d’aujourd’hui sauront prendre un chemin commun main dans la main, pour le bien de celles et ceux qui les élisent, pour le bien de l’humanité puisqu’il en est question désormais.Cela passera par quelques concessions, de l’humilité et de la solidarité. Sur ce principe, celui d’une volonté labellisée par l’Unesco, c’est l’intérêt général qui prime.

Dans les mois à venir, les choses vont s’organiser, les initiatives vont affluer, les tentatives de récupération à bon compte du potentiel dévoilé aussi. Il nous faudra donc être vigilants, encourager les bonnes intentions et veiller au grain de l’ivresse d’une consécration qui suscitera, c’est humain, bien des convoitises. Pour les climats de Bourgogne, l’événement devra être célébré régulièrement, chaque année pourquoi pas, en pesant le pour et le contre d’une situation totalement nouvelle.Nés un 4 juillet, les climats de Bourgogne ne pouvaient pas rêver à meilleur symbole.

Dominique Bruillot

AU SOMMAIRE

En voir plus

24

En voir plus

28

En voir plus

64

En voir plus

36

En voir plus

101

Les Autres Numéros