BM-new-blanc.png

NEWSLETTER

SUIVEZ-NOUS

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube

©1995 - 2018  Bourgogne Magazine | création par Incom Dijon
Tous droits réservés

En voir plus
En voir plus
En voir plus

#47
FÉVRIER - MARS 2016

L'ÉDITO

Bourgogne-Comté. C’était le premier nom que nous voulions donner à notre magazine à sa création, en 1994, une paille dans le temps. Tout cela parce qu’une population de 1,6 million d’habitants semblait insuffisante pour faire le pari économique d’une revue régionale. Une erreur de jugement vite rectifiée qui allait aussitôt donner naissance, après révision du projet, à deux magazines : Bourgogne Magazine, toujours bien portant, et Pays comtois, aujourd’hui disparu après avoir vécu une vingtaine d’années et être repris (ceci expliquant peut-être cela), par un groupe de presse moins titillé par la question territoriale. Autre histoire…

En 2016, Bourgogne Magazine se porte plutôt bien. Avec quelque chose comme 30 000 pages publiées derrière lui, il est une institution médiatique qui doit sa longévité à une permanente remise en question. Au moment où une réforme impose le mariage de la Bourgogne et de la Franche-Comté, serait-on en droit de s’interroger sur le destin de ce média qui nous passionne depuis si longtemps ? Devons-nous ouvrir nos pages à la connaissance de nos voisins et amis franc-comtois ou au contraire accentuer ce qui constitue notre originalité ?

D’aucuns, dans un élan candide et distancié (en clair, loin des sensibilités locales) diront que l’ouverture aux autres est la solution de tous nos problèmes et qu’une posture identitaire serait un repli. Qu’ils en fassent le pari, avec leurs économies. D’autres, au contraire, affirmeront que c’est le moment où jamais de sacraliser nos différences et de les mettre dans du formol, comme on taxidermise les plus belles espèces. Deux perspectives qui interpellent pour le moins.

La vérité est entre les deux. C’est la quadrature du cercle à laquelle nous sommes confrontés : rester Bourgogne Magazine, créer un clone franc-comtois ou faire un mix des deux. Même si nous avons réfléchi depuis longtemps à cette question, fidèles amis lecteurs, nous restons à votre écoute. Le fait politique n’est habituellement pas notre tasse de thé, encore moins notre tastevin de pinot noir. Le mariage de la Bourgogne et de la Franche-Comté va-t-il changer notre destin ? On y sera attentif, sans en faire tout un fromage pour autant, fut-il du comté.

1/2

Dominique Bruillot

26

AU SOMMAIRE

En voir plus

40

54

En voir plus

66

72