BM-new-blanc.png

NEWSLETTER

SUIVEZ-NOUS

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube

©1995 - 2018  Bourgogne Magazine | création par Incom Dijon
Tous droits réservés

#60 • HIVER 2018

Carnets de campagne. Que l’ami Philippe Bertrand nous pardonne, comment faire autrement que d’emprunter, le temps d’un édito, le titre de son émission de France Inter ? 2019 a une odeur d’incertitude pour nos campagnes plus ou moins livrées à elles-mêmes. Les reportages de ce numéro 60 empruntent le sillon des « carnets » de notre confrère. Ils mettent en lumière des initiatives de jeunes générations qui, en faisant un vrai choix de vie, font celui de ne pas se plaindre à tout-va et de créer leur propre modèle économique tout en parlant de solidarité, de respect, d’environnement et de valeurs nobles.

Luzy, Arnay-le-Duc, Vézelay… autant d’exemples qui jettent à la figure des éternels insatisfaits de l’assistanat, que d’autres solutions existent. Pourtant, la campagne peut être vue comme un désert sans avenir, un territoire de « sous gens » qui n’avaient qu’à faire du vélo dans les villes pour mieux vivre. La campagne, aux yeux de certains, c’est un rassemblement d’êtres incultes qui polluent avec leurs tracteurs et leurs vieilles voitures transformées en bétaillère. La campagne, imaginent les « sachants », c’est un zoo de ploucs qu’il faut nourrir au maïs et placer sous curatelle politique car lorsqu’un un paysan déborde sous sa casquette, ça fait peur, crénom de Dieu ! Pourtant, la campagne, c’est si bon quand un fermier livre ses produits à ces mêmes « sachants ». Une société voulant tout régir par le haut, persuadée que la gestion est une affaire d’élite, et que l’élite se trouve dans une seule pièce au sommet de la carte de France se trompe. Qu’elle soit de droite, de gauche, en marche ou en arrêt. Quand les temps sont durs, la campagne a toujours été un exemple pour celles et ceux qui veulent s’en sortir. Dans le repli d’un territoire, on se retrouve face à soi-même, on partage son temps entre plusieurs missions, on crée des services, on rend service, on se rend service. Chez ces gens-là, Monsieur, on ne nage pas dans le bonheur d’une position sociale idéalisée. Ce genre de natation poussive, on la laisse aux autres. Chez ces gens-là, Monsieur, on ne tombe pas dans le piège de la gloriole et du paraître ; les tentacules de la vanité franchissent difficilement le cercle de la banlieue. Plus loin, il est difficile de tricher. Chez ces gens-là, Monsieur, quand la soupe est bonne, et que cette soupe est faite avec les légumes du jardin, on la partage. On slurpe, jusqu’à plus faim. Quitte à se contenter du rogaton le lendemain.

Régalez-vous les amis ! Régalez-vous de ces plantes médicinales qui poussent aux frontières de l’Auxois et du Morvan, de ces cochons élevés en plein air qui seront servis à point pour célébrer la Saint-Cochon, de ces morceaux de lard embaumés par le moût de l’alambic, de la spiritualité d’une colline éternelle qui honore son vin et sa beauté. Bourgogne Magazine est là pour ça, avec ces petits carnets de campagne(s) qui sont autant de cartes de vœux. Allez, Philippe, on te rend ton titre. À bientôt sur la route d’une nouvelle année qui ne fait que commencer.

 

 COUVERTURE NATIONALE 
 COUVERTURE PAYS ARNÉTOIS 
 COUVERTURE PAYS ARNÉTOIS 

Dominique Bruillot

SOMMAIRE

 RÉCIT PHOTO 
 DIJON TOUT MIEL 
 PAYS D'ARNAY 
 CAMPAGNE EN RECONSTRUCTION 
 SAVEURS 
 ARTISTE 
 LUZY ET COMPAGNIE 
 CÔTÉ CUISINE 
 VÉZELAY 
 VILLAGE VITICULTU(R)EL 
 HISTOIRE 
 PATRIMOINE 
 LETTRES