#66

AUTOMNE 2020

ÉDITO

DE VAGUE EN VAGUE, un manège viral plonge nos territoires vers une pesante incertitude. Difficile, de nos jours, d’apercevoir les rives lointaines de notre existence. Difficile de gribouiller le moindre projet pour notre avenir, sans prendre le risque de revoir sa copie au premier sursaut pandémique. À Bourgogne Magazine, on est pourtant sûrs d’une chose : la fidélité à ce que nous sommes sera toujours récompensée. Chacun choisit sa partie. Certains sont plutôt pastis et cacahuètes. Pour notre part, avec tout le respect qu’on leur doit, nous demeurons kir et gougères. Finalement, ce numéro le démontre, ce n’est pas avec la frivolité des sentiments et l’opportunisme du paraître que l’on surmontera les obstacles. On les surmontera par le travail et l’engagement.

 

  Prenons l’exemple de nos chefs beaunois. Beaucoup évoluent dans un univers cosmopolite. Dans leurs cuisines, les cinq continents de la planète sont parfois représentés. Tous, cependant, puisent leur inspiration dans le lieu et l’environnement où ils ont choisi d’exercer leur art. Mourad et Giana, comme Romain et Christophe, sont des prénoms qui expriment à eux seuls la diversité des origines. Mais ils ont en commun d’être portés par des créatifs, qui revendiquent le lien à la nature et au patrimoine qui les entourent.

 

  Dans le milieu agricole, cette révolution tranquille bouscule aussi les codes. Emilie et Aurore ont ainsi fait le choix délicat de reprendre l’exploitation familiale après la disparition de leur père. Elles le font à leur façon. Portées par des valeurs de bien-être animal et de respect de l’environnement. Elles le font au nom de leur jeunesse et leur féminité magnifiée. Les hommes, trop souvent ingrats, peuvent avoir un peu de mal avec ça. Peu importe. Dans le silence assourdissant des grands confinements, la diversité et la féminité prennent une dimension que l’on n’avait pas forcément perçue jusque-là. Elles s’imposent comme le chant lancinant et envoûtant des cornemuses morvandelles, insaisissable et entêtant à la fois. Le jour d’après n’est donc plus très loin.

 

  Pour s’y rendre sans crainte, il suffit de regarder le verre à moitié plein. Notre société est malmenée dans son présent. Elle doit remettre en question son futur immédiat. Surtout, elle ne doit pas oublier, comme le font si bien la Mission Bern ou les vignerons de Pouilly-Fuissé, de protéger son passé, de prendre soin de ce patrimoine qui restera à jamais le témoignage de nos enseignements les plus précieux. Tout est ici question de concordance de temps.

SOMMAIRE

MISSION

PATRIMOINE

Financée et popularisée par le loto et les jeux de grattage, la Mission Patrimoine confiée à Stéphane Bern contribue à la sauvegarde du patrimoine français dans toute sa diversité. Interview du « Monsieur Histoire » du petit écran, suivie d’un tournée à travers les quatre sites bourguignons bénéficiaires du dispositif : le château de Sully (71), l’église d’Épiry (58), la Maison Colette (89) et la tour de Saussy (21). 

BEAUNE

EN CUISINE

Mourad Haddouche, Anna-Marina Pagnotta, Bruno Monnoir, Christophe Quéant, Giada Scarton, Jordan Billan, Thomas Compagnon, Romain Escoffier : huit chefs beaunois se racontent depuis un lieu beaunois auquel ils sont attachés et proposent une recette en relation. 

CELLES
DE LA 
TERRE

À l’écomusée de la Bresse bourguignonne, une expo retrace l’histoire des femmes dans le milieu rural bressan. L'occasion de faire le portrait de quatre jeunes agricultrices qui font bouger les lignes en Bourgogne.

PREMIERS CRUS EN MÂCONNAIS

Sous la protection des Roches de Solutré et de Vergisson, la vigne s’épanouit depuis des lustres. Aujourd’hui, l’Inao accorde à 22 climats de l’appellation Pouilly-Fuissé le niveau de premier cru. Une reconnaissance amplement méritée pour ce terroir unique à plus d’un titre. Quatre vignerons du cru témoignent de cette nouvelle ère.

PÉTILLANTE
BOURGOGNE

Tout au long de l’année, voyage dans la Bourgogne vineuse pour découvrir avec un vigneron les coulisses du crémant, le travail de la vigne, un lieu culturel et un pétillant accord mets-vin. Premier opus automnal pour une leçon de taille au domaine Brigand de Massingy, seul domaine ayant survécu au phylloxéra dans le Châtillonnais.

LES LARMES

DE SA VIGNE

Dans Les larmes de ma vigne – Si le bio pouvait parler, le vigneron chablisien Denis Pommier témoigne avec sincérité de son parcours : trente années de passion, mais aussi de difficulté et de doute, qui l’ont amené de la création d’un petit domaine à la production d’un vin bio élu « Meilleur chardonnay du monde ».

PAULINE

L'ARMURIÈRE

Seule femme diplômée de l’armurerie en France, elle dirige la mythique maison James à Autun. Pauline Zacharie mène de front entreprise et passion, sans jamais baisser la garde, dans un univers presque exclusivement masculin. Chic et charme dans le viseur.

FORGES

DU CREUSOT

De la première coulée de fonte jusqu’à Framatome aujourd’hui en passant par la dynastie des Schneider, les forges du Creusot ont franchi 235 ans d’histoire sidérurgique. Une longévité exceptionnelle pour un site industriel hautement stratégique, un des seuls au monde à réaliser les pièces indispensables aux centrales nucléaires.

NEWSLETTER

SUIVEZ-NOUS

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube

NOS LIENS AMIS

 

DijonBeaune.fr
Dijon Capitale

 

© 2020  Bourgogne Magazine | création Incom Dijon
Tous droits réservés