Télécharger la couverture HD

en cliquant ici.

 L'univers de la cité

 

Dijon à la fibre universitaire. Louis XV, déjà, a donné naissance en 1722 à la première faculté de droit dans le couvent des Jacobins. Ces premières pages d’histoire en appelleront d’autres, avec des chapitres qui signeront l’étonnante progression de ce que nous appelons dans ces pages, l’enracinement universitaire.

 

Depuis 1984, cette communauté de près de 35 000 étudiants, répartie entre Dijon et ses cinq antennes territoriales (Auxerre, Chalon, Le Creusot, Mâcon, Nevers), porte le nom d’université de Bourgogne. Dans la métropole, elle est incarnée par un campus qui s’étale sur 80 hectares et regroupe une quarantaine de bâtiments. Une ville dans la ville, avec son imposant patrimoine immobilier, ses habitants pleins de jeunesse, sa vie sociale hyper intense et son administration presque autonome.

 

Bourgogne Magazine, en partenariat avec l’uB, décrypte l’univers de la cité, poussant le bouchon de la curiosité jusqu’à rencontrer les chercheurs dans leur intimité parfois quasi poétique. Il y a donc trois niveaux de lecture de cette grande institution : la profondeur des labos, la vie en surface et le ciel des promesses que cette population chercheuse et apprenante ne cesse de scruter.

 

L’université a le devoir de l’excellence et l’obligation de la reconnaissance. Dans ses secteurs de prédilection, comme l’agroalimentaire par exemple, elle rayonne à l’international. Dans le même temps, elle impose localement son style, avec un écosystème qui veut s’ouvrir de plus en plus à l’autre. Puisse ce hors-série, conçu avec passion, apporter sa contribution à cet esprit d’ouverture.

 

Dominique Bruillot

VINCENT-THOMAS-019.jpg

LE DEVOIR DU CHEF

« Maire » d’une communauté étudiante de près de 35 000 âmes,
chef d’orchestre de nombreuses filières, garant de l’image et de l’attractivité de l’enseignement et de la recherche, le président de l’université est confronté à des travaux herculéens. Vincent Thomas les assume avec philosophie. Interview.

image46.jpg

UNE VILLE
DANS LA VILLE

Depuis plus de 60 ans, le campus dijonnais s’est développé dans la continuité des plans et de l’esprit 
du recteur Marcel Bouchard. Plongée dans les arcanes de cette ville dans la ville, qui regroupe aujourd’hui une quarantaine de bâtiments sur 80 ha. Et nécessite une véritable stratégie immobilière à long terme.

uB-jardin.jpg

LES GENS
DU CAMPUS

Espaces extérieurs, accueil, gestion des collections universitaires… tous en foi en leur métier et l’exercent bien souvent en toute discrétion. Focus sur ces employés qui font tourner l’uB au quotidien.

uB-vignes.jpg

UNIVERSITÉ VIGNERONNE

L’uB est propriétaire d’un domaine de 3,6 hectares à Marsannay-la-Côte. Son vin arrose volontiers les cérémonies de l’université, et sa vigne est un outil d’étude et d’inspiration pour les chercheurs.

uB-ville.jpg

Y'A PAS QUE
DIJON ! 

Du premier site délocalisé en 1975 au Creusot, aux campus de Mâcon, Auxerre et Nevers en passant par le petit IUT de Chalon-sur-Saône, l’université de Bourgogne n'a jamais aussi bien porté son nom. Petit tour d’horizon.

uB-archi.jpg

MONTMUZARD CITY

Des premières résidences universitaires de Roger-Martin Barade à la bibliothèque dernière génération « Le Cortex », le campus dijonnais recèle toute une panoplie d’architectures des 60 dernières années. Et une belle concentration d’œuvres d’art contemporaines en plein air. Notre photographe est allé y promener son objectif.

uB-etudiants.jpg

ÉTUDIANTS

AU PLURIEL

Avec près de 35 000 étudiants et 400 formations, les profils rencontrés à l’université de Bourgogne sont d’une très grande variété. Doctorante, entrepreneuse, sportif de haut niveau, acteur de la vie associative ou culturelle… Rencontre avec quelques étudiants du campus dijonnais représentatifs de cette belle diversité.

uB-chercheurs.jpg

TÊTES

CHERCHEUSES

Gros plan sur dix enseignants-chercheurs de l’uB qui excellent dans des domaines aussi variés que  la médecine, la paléo-climatologie ou les véhicules autonomes.